Le collectif All créative reviens pour une seconde édition avec le thème : les poupées russes.

Ce lundi 29 mars à Nice s’est déroulé la seconde édition de « All Créative » à l’Akathor. Pour ce renouvellement, l’organisateur de l’événement, L’individu Photography, et la styliste,  Olcik Colceac avaient choisi pour thème : Les poupées russes.

Capture d_écran 2017-06-01 à 14.34.12

Les organisateurs souhaitent un réel échange entre les modèles, la créatrice, les photographes, et tout amateur d’art. Organisé à l’étage de l’Akathor, bar du vieux nice, l’intimité et la convivialité est au rendez-vous. 

Les modèles et la créatrice se retrouvent assez tôt dans la soirée. En effet, les modèles passent sous les doigts des maquilleuses et coiffeuses. Chaque modèle a sa coiffeuse et maquilleuse. La créatrice s’occupe des dernières retouches, et habille ses modèles. Elle jette un oeil à chaque création avant de leur donner. Toutes les tenues sont alors parfaites et prêtes à être portées. 

Aux alentours de 21h, la première modèle, Kim Diana, est prête à être shootée. Elle est très vite suivie de Ina. Les deux modèles sont shootée en individuel avant le début du show. Les photographes travaillent leurs prises de vues, se conseillent et échangent. Le shooting est assez bon enfant, et tout le monde y trouve son compte. 


Tu peux découvrir : Première édition de All Créative à Nice, une expérience artistique proposée par le créateur Justin Gage.

Capture d_écran 2017-06-01 à 14.33.40

Une bonne demi-heure plus tard, toutes les modèles sont fin prêtes, et la créatrice aussi. Becco, plus connu sous le nom de l’individu photographie lance le show. Chaque modèle est présentée, ainsi que sa maquilleuse et sa coiffeuse. La créatrice, Olcik Colceac, présente chacune de ses créations et se présente brièvement. Nous avons alors une robe élégante bleu marine, suivie d’une robe de soirée en velours, puis d’un ensemble noir aéré, une robe ample et sexy rouge et enfin, une jupe imposante et hivernale. 

Les photographes n’en loupent pas une miette et prennent des photos de groupe, puis individuelle afin de présenter les créations. Sophie Tixie passe en première. Elle présente une robe rouge et volante. Puis, Kim Diana, Ina Modèl, Preiya Dovel, Madeleine Russek ont elles aussi présenté les créations de l’atelier de couture ColceacO. 

Capture d_écran 2017-06-01 à 14.33.53

Vers 22h, les photos individuelles se terminent. Un photographe s’attelle à photographier les invités présents et des portraits sont réalisés. La soirée se termine sur une note de bonne humeur et de convivialité. 


Si tu veux découvrir le site, tu peux lire : Entretien avec Magalie Grédy, atteinte de l’endométriose, une maladie invisible.

Publicités

Get out, un thriller qui ne vous laissera pas indifférent.

Get-Out-movie
Affiche du film GET OUT. 

NOTE  : 4 / 5

 

Fiche technique 

Réalisateur : Jordan Peele
Acteur : Daniel Kaluuya / Allison Williams / Catherine Keener
Producteur : Blumhouse Prodctions / QC Entertainment
Scenariste : Jordan Peele
Date de sortie : 3 mai 2017 en France / 24 février 2017 aux USA
Genre : Thriller
Durée : 1h 44


Dans le même genre, tu peux découvrir : Ghost in the shell, un navet ?

Synopsis 

Couple mixte, Chris et sa petite amie Rose filent le parfait amour. Le moment est donc venu de rencontrer la belle famille, Missy et Dean lors d’un week-end sur leur domaine dans le nord de l’État. Chris commence par penser que l’atmosphère tendue est liée à leur différence de couleur de peau, mais très vite une série d’incidents de plus en plus inquiétants lui permet de découvrir l’inimaginable.

w_get-out-allison-williams-daniel-kaluuya-1488144786
Chris et Rose, couple mixte.

Viens découvrir mon avis sur : Kong : Skull Island. Kong mérite-t-il son titre de KING ?

Critique 

Dans une société américaine où Barack Obama est déjà passé deux fois au pouvoir, qui pourrait croire qu’il existe encore des clichés raciaux aux U.S.A ? Nous sommes dans une Amérique hyper moderne et ouverte d’esprit, qui pourrait croire que les noirs sont encore victimes de préjugés ?
GET OUT nous plonge dans une histoire qui fait froid dans le dos et qui pousse les névroses des personnages jusqu’à un esclavage moderne. Les préjugés raciaux sont exploités dans une folie et une admiration assez malsaine. L’ambiance est angoissante tout au long du film et plonge le spectateur dans une situation qui nous paraît impensable à notre époque. Tellement impensable qu’il est difficile de demander de l’aide, et ça, la famille de Rose le sais.
Chris arrive dans sa belle famille blanche, ultra parfaite et bourgeoise au côté de sa petite amie Rose. Il est très loin de se douter de l’enchainement d’événements qui apparaîtront devant lui.

Chris ne se doute pas que ce qui l’attend est bien pire que ce qu’ils ont réussis à comprendre

getout-jpg
Le père de Rose et des convives.

Le film montre aussi bien un faussé entre les riches américains, et les pauvres qu’un faussé entre les afro-américains et les blancs. Ce pouvoir de l’argent, mélangé à une fascination maladive des noirs, pousse la famille de Rose a des actes de barbarie. Mélangeant la psychose et les hallucinations, la mère de Rose incarne à la perfection un personnage manipulateur. Son père , quand à lui, est le reflet parfait du médecin qui pousse la ligne de vie. Les personnages secondaires ne sont pas oubliés, ils forment ensembles un groupe de fanatiques prêts à tout pour assouvir leurs envies. Missy et Dean sont si heureux de rencontrer leur beau-fils, et sont si admiratifs de la couleur de peau de Chris, que celui-ci commence à avoir des soupçons. Des soupçons qui seront nourris au long du film. Il peut compter sur son ami qui garde sa chienne Pussy durant le week-end pour décrypter les moments bizarres de son week-end et le garder dans la réalité. Alors que son ami tente le tout pour le sauver, Chris ne se doute pas que ce qui l’attend est bien pire que ce qu’ils ont réussis à comprendre.
GET OUT vous surprend du début, à la fin. Il ne vous laisse pas indemnes, et vous fera réfléchir, soyez en surs.

Laure MIGUET


Dans le même genre, tu peux lire : Rock n’ Roll, un film tout public ?

Ghost in the shell, un navet ?

Ghost in the Shell
Affiche Ghost in the Shell

 

Note : 3,1 / 5

Fiche technique :

Ghost in the shell est l’oeuvre de Rupert Sanders, un réalisateur britannique qui a auparavant réalisé Blanche-Neige et le Chasseur en 2012 avec Universal Pictures. Cette fois-ci, c’est avec Paramount Pictures qu’il produit Ghost in the Shell. Scarlett Johansson y tient le rôle principal du Major, accompagnée de Pilou Asbaek dans le rôle de Batou et Juliette Binoche dans le rôle du Dr Ouelet.

Le scénario est signé de Jamie Moss et William Wherler. Dans un mélange de genre de science-fiction, de policier et d’action, Ghost in the Shell, sorti en mars 2017, est une adaptation du manga du même nom. Ce dernier est de Masamune Shirow et date de 1980. C’est dans un film d’une heure et quarante-sept minutes que Scarlett Johansson incarne ce cyborg contemporain.

Viens découvrir la bande annonce sur  Allociné.fr 


Synopsis :

Dans un futur proche, le Major est unique en son genre: humaine sauvée d’un terrible accident, son corps aux capacités cybernétiques lui permet de lutter contre les plus dangereux criminels. Face à une menace d’un nouveau genre qui permet de pirater et de contrôler les esprits, le Major est la seule à pouvoir la combattre. Alors qu’elle s’apprête à affronter ce nouvel ennemi, elle découvre qu’on lui a menti : sa vie n’a pas été sauvée, on la lui a volée. Rien ne l’arrêtera pour comprendre son passé, trouver les responsables et les empêcher de recommencer avec d’autres.

A lire dans le même genre : Kong : Skull Island. Kong mérite-t-il son titre de KING ?


Critique :

Le Major a-t-il encore un ghost ? Scarlett Johansson incarne ici le Major, une cyborg crée par le Dr Ouelet. Ghost in the Shell reviens sur sa conception, et cherche son passé. Le personnage du Major est assez crédible dans cet univers futuriste, où les humains cherchent à surpasser leur capacités physiques et se robotisent peu à peu.

Ghost in the Shelld
Batou se faisant robotiser les yeux.

Les personnages cherchent à se surpasser et à se rapprocher du Major, quand celle-ci cherche à tout pris l’humanité dans sa vie. C’est cette vie justement, qui va faire basculer le Major et se rebeller face à son créateur. Elle qui ne veux pas être qu’une arme, cherche à tout prix à comprendre pourquoi elle est là. Entre amis et ennemis, elle doit à tout prix se protéger si elle veux apprendre la vérité. Malgré une histoire entrainante, et des rebondissements intéressants, Ghost in the Shell n’innove pas. C’est malheureusement le cas de beaucoup de films de Science-Fiction. Ils parlent d’un futur peu enviable parlant de déshumanisation et de corruption. Dans un esprit futuriste peu novateur, on voit évoluer une cyborg dans un monde contrôlé par un unique gouvernement. Ce scénario catastrophe est loin d’être nouveau, même s’il fait la critique de la sur-utilisation des technologies et qu’il montre les écarts entre les deux extrêmes : les riches, et les pauvres. Ce scénario ne suffit pas à nous sortir de ce que l’on connaît déjà.

Le personnage du Major laisse très peu de place au développement et à l’intrigue des personnages secondaires.

De plus, le personnage du Major laisse très peu de place au développement et à l’intrigue des personnages secondaires, contrairement aux mangas. Ces derniers sont assez effacés face à une Scarlett Johansson omniprésente dans le film.

Ghost in the Shell e
Univers futuriste du film.

Même s’il ne s’agit pas d’un navet, Ghost in the Shell n’est pas un chef d’oeuvre. Je ne vous le déconseille pas, mais ne vous attendez pas à un scénario nouveau, promettant un film vous tenant en haleine. Ghost in the Shell vous distraira, sans vous surprendre.

Laure MIGUET


Tu as apprécié cette critique ? Viens découvrir mon avis sur  Rock n’ Roll, un film tout public ? et dis moi en commentaires ce que tu en as pensé. 

Kong : Skull Island. Kong mérite-t-il son titre de KING ?

Fiche technique du film

images
Affiche du film Kong : Skull Island

 

Réalisateur : Jordan Vogt-Roberts            Producteur : Warner Bros                         Scénariste : Dick Morgan, Dan Girloy, Max Borenstein                                                             Budget : 190 000 000 dollars
Thème abordé : Fin de la guerre du Vietnam
Type de film : Aventure / Fantastique / Action
Acteurs principaux : Tom Hiddleston , Samuel L. Jackson, Brie Larson
Date de sortie : 8 mars 2017                             Durée : 1h59                                                             Lieux de tournage : Hawaï / Vietnam / Australie     Typer de film : Long métrage                      Nationalité : Américain / Vietnamien

 

 

Synopsis : « Un groupe d’explorateurs plus différents les uns que les autres s’aventurent au cœur d’une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu’ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong… »

Note globale du film : 3,8 / 5

Dans le même thème, tu peux aussi lire : Rock n’ Roll, un film tout public ?


Critique

King Kong, personnage emblématique du cinéma fantastique revient une fois de plus à l’écran. Apparu la première fois en 1933 dans le film du même nom, il a depuis été revisité de nombreuses fois.

164981.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Tom Hiddleston et Brie Larsan interprétant le capitaine James Conrad et la photographe Mason Weaver.

Cette fois-ci, le réalisateur décide de ramener Kong sur l’île de Skull Island, où il est le roi. Seulement, il l’est pour une bonne raison. Il protège cette île de dangers bien plus grands. Le réalisateur sors un peu des sentiers battus en interprétant Kong dans les années 70, pendant la guerre du Vietnam.

J’ai très vite été transportée dans l’histoire par les musiques et les paysages. C’est un sans- fautes pour la qualité de l’image et l’immersion dans l’univers. Les musique rappellent sans trop forcer l’univers de la guerre du Vietnam, et les paysages sont tous plus beaux les uns que les autres. Les manifestations contre la guerre en Amérique ne trompent pas : nous sommes bien dans les années 70.

Néanmoins, je trouve que l’univers des personnages est, à mon goût, pas assez détaillé. On ne 097663.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxs’attache pas assez à eux. Seul le vieux soldat retrouvé sur l’île est attachant, mais nos personnages principaux sont assez vite passé aux oubliettes. En ce qui concerne les seconds rôles … Ils sont très vite passés. Ceci pourrait ne pas être dérangeant, mais durant le visionnage du film, je n’ai pas ressenti une peur ou une crainte de perdre un personnage. Alors ceci est surement accentué par le fait qu’il y ai peu de prises de risques de la part des personnages dans ce film. Et même si la scène d’action de la fin est une réussite en effets spéciaux, je n’ai pas eu des frissons de peur envers les protagonistes.

 

Il faut tout de même reconnaître que les performances des acteurs sont au rendez-vous. Mais le scénario aurait surement pu être un peu plus poussé.

Ce qui donne un sentiment en sortie de film assez spécial. On ne peu pas dire que ce sois un mauvais film, il est clairement réussi, et rien que pour la beauté des paysages il vaut le détour. Mais je ne suis pas sortie surprise du cinéma, ou étonnée.

Je dirai donc que je ne vous déconseille pas d’aller le voir, bien au contraire, mais qu’il ne s’agit pas d’un film qui donne envie d’être revu.

Au plaisir d’avoir vos retours en commentaires !

 

Laure Miguet

Tu veux en savoir plus sur l’auteur ? Tu peux lire ceci : À propos

Rock n’ Roll, un film tout public ?

Rock n’ Roll, retour sur la fiche technique du film

179029.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Affiche du film Rock and Roll

Après Ne le dis à personne, Les petits mouchoirs et Blood Ties, Guillaume Canet revient avec Rock n’ Roll. Produis par Alain Attal avec Les productions du trésor, Guillaume Canet réalise et crée le scénario de son propre film. Il joue aussi le premier rôle avec son propre personnage. Il est accompagné par Marion Cotillard et Camille Rowe, qui, elles aussi, jouent leur propre rôle. Il a une fois convié sa bande d’amis à jouer avec lui, comme Gilles Lellouche, Alain et Yvan Attal.
Guillaume Canet reviens avec un long-métrage de 2h et 03 minutes. Mais cette fois-ci, il réalise une comédie ayant pour volonté de parler de la crise de la quarantaine et de cette adulation du jeunisme. Yodélice a réalise la bande originale dans un genre rock, folck. Tourné dans les studios d’Epinay en Seine-Saint-Denis, Rock n’ Roll a utilisé un budget de 17,9 M €.
En salle depuis le 15 février 2017, nous revenons sur ce film qui est autant attendu que surprenant.

images
Guillaume Cannet et Camille Rowe dans le film ROCK AND ROLL.

Dans le même genre, tu peux lire : Ghost in the shell, un navet ?

Synopsis

 « Guillaume Canet, comédien de 43 ans, se remet en question le jour où, sur un plateau de tournage, sa jeune partenaire à l’écran lui dit qu’il n’est plus un objet de désir pour les femmes de la jeune génération. La raison ? Sa vie de famille bien rangée avec Marion Cotillard, son fils Lucien, sa maison de campagne, sa passion pour les chevaux. Guillaume comprend qu’il faut tout faire pour changer cette image ringarde et plus vraiment sexy. »

Note générale du film : 3,7 / 5

Rock n’ Roll est attendu par les fan de Guillaume Canet. En effet, l’acteur et réalisateur s’était retiré de la scène cinématographique après l’échec de son film Blood Ties. Ne voyant pas comment il pouvait réaliser un meilleur film que celui-ci, il a passé plus d’un an auprès de sa femme et de ses chevaux. Une pause bien méritée pour l’acteur, mais qui a pu paraître pantouflard pour d’autres. En effet, c’est suite à une interview avec une journaliste que Guillaume Canet reçoit un choc. Celle-ci lui rappelle durement que la quarantaine est belle est bien là, et qu’il n’est plus aussi sexy qu’avant. Ce choc, Guilla
ume s’en inspire pour réaliser son dernier film, Rock n’ Roll. Il devais être qu’un documentaire à la base, puis il s’est transformé en long-métrage, bourré d’effets spéciaux.

En ce qui concerne son retour, il est plutôt réussi. Choisissant les réseaux sociaux pour une promotion hyper connectée, et une hyper médiatisation de leur couple Cotillard/Canet, Guillaume a su revenir sur le devant de la scène.

En ce qui concerne son film, le mot qui le caractérise le mieux est bel est bien : Surprenant.

En ce qui concerne son film, le mot qui le caractérise le mieux est bel est bien : Surprenant.
En effet, la bande-annonce a su, tout en donnant envie aux spectateurs de voir le film, ne dévoiler en rien le clou du scénario. Osé ou raté ? On peut effectivement sortir perplexe de la salle. Même s’il est très agréable de retrouver à l’écran le duo Marion et Guillaume, il est facile de se demander ce qu’il s’est passé dans la tête de Guillaume Canet durant l’écriture du scénario. Malgré quelques moments longuets, le film est entièrement réaliste et nous projette totalement dans une crise de la quarantaine poussée à l’extrême. Cassant les codes du « happy end » , Guillaume pousse son délire jusqu’au bout et prend d’énormes risques. La problématique du jeunisme tient la route et il nous montre à sa

2949581-guillaume-canet-et-marion-cotillard-enta-637x0-2
Marion Cotillard pour la promotion de ROCK AND ROLL.

manière tout le ridicule qui en découle, mais aussi le mal-être associé. Même si a certains moments du film, les blagues sont bien trop grosses pour penser que leur quotidien est réellement comme ça, ils nous trompent plus d’une fois. Les effets du maquillage sont bluffants, et les effets spéciaux tiennent la route.

Opinion générale

Alors, pour son grand retour, Guillaume Canet nous offre-t-il réellement un film grand public ? Même si la performance de l’artiste me laisse admirative, je ne pense pas qu’on puisse le considérer comme un film grand public. Avec sa problématique bien ciblée, et son second degré poussé à l’extrême, il faut être prêt à voir un film autant décalé que vrai.

Laure Miguet


Tu as aimé ? Viens découvrir :  Kong : Skull Island. Kong mérite-t-il son titre de KING ?

Première édition de All Créative à Nice, une expérience artistique proposée par le créateur Justin Gage.

 

Ce mercredi 01 mars à Nice s’est déroulé la première édition de « All Créative » à l’Akathor. Pour cette toute nouvelle expérience, l’organisateur de l’événement, L’individu Photography, avait choisi pour thème : La mode recyclée.

Capture d_écran 2017-05-03 à 13.13.43
Etage de l’Akathor. Source : Laure Miguet

Le principe de l’événement était simple : « Réunir des créatifs, des photographes, des modèles, des artistes … etc qui ont une même passion. Pouvoir discuter, bavarder, papoter autrement que virtuellement. Découvrir des talents et des nouveaux visages. Profiter de l’expérience des uns et des autres. Car l’art se partage… Et pourquoi ne pas le partager autour d’un verre? Au plaisir de vous voir nombreux 🙂 »

A 18h les festivités ont donc commencées. Une petite vingtaine de personnes se sont regroupées à l’étage du bar et ont commencé à discuter. Dans un coin, des jeunes filles étaient en train de se faire, maquiller et coiffer. Une scène était prête pour accueillir les photographes et leurs modèles.

Aux alentours de 19h, un magicien passait de tables en tables afin de faire quelques démonstrations de ces tours. Il en a profité pour promouvoir son spectacle et récolter quelques pièces. Une artiste a en même temps proposé un show lumineux à l’aide de balles colorées. Elle s’est produite dans l’allée, puis sur la scène. Le magicien s’est exclamé : « Un spectacle de lumière, ça fait plaisir à voir. »

Un peu plus tard, vers 19h20, les shooting photos amateurs ont commencés sur la scène. Les modèles désirants se faire photographier en ont eu l’occasion, et les photographes ont pu faire de nouvelles rencontres.

“L’organisateur nous a expliqué son projet pour cette soirée : “je voulais que tout le monde se parle, et c’est réussi”.”

Capture d_écran 2017-05-03 à 13.13.54
Un des cinq modèles. Source : Camille Rolland.

Vers 19h40, les six modèles pour le shooting final étaient en pleine préparation. Une quarantaine de personnes peuple la salle. L’organisateur nous a expliqué son projet pour cette soirée : « je voulais vraiment que tout le monde se parle, et c’est réussi”. Le clou du spectacle était la création d’une robe devant les spectateurs, sur un modèle. Le créateur habillait un autre modèle aux alentours de 20h. Celle-ci était shootée par de nombreux photographes sur la scène. Les personnes présentent à l’événement sont là dans un but parfois différent. Un photographe nous expliquait que pour lui : “le but est de venir rencontrer des gens dans le milieu du modèle”. Un touriste nous a appris que : “je suis là en vacances, totalement par hasard. Je profite de la soirée et attends de voir ce qu’il va se passer”.

Capture d_écran 2017-05-03 à 13.14.01
Création de Justin Gage. Source : Laure Miguet

A 21h10, la robe commençait à être découpée sur la scène par Justin Gage, devant une quarantaine de personnes. L’événement était retransmis en live sur la page FB de l’organisateur. De nombreux photographes shootent le modèle et le créateur. La découpe durait une demi-heure, puis suis alors un shooting du modèle et de la robe terminée. Les cinq autres modèles qui ont été préparés durant la soirée commencent leur shooting les unes à la suite des autres. Les photographes se regroupent devant la scène et jouent avec les modèles. Elles posent chacune une petite dizaine de minutes et terminent leur soirée. A 22h30, le bar a commencé à se vider tout doucement, les participants rentraient chez eux.


Tu as aimé cet article ? Viens découvrir Musée Masséna – Nice