Kong : Skull Island. Kong mérite-t-il son titre de KING ?

Fiche technique du film

images
Affiche du film Kong : Skull Island

 

Réalisateur : Jordan Vogt-Roberts            Producteur : Warner Bros                         Scénariste : Dick Morgan, Dan Girloy, Max Borenstein                                                             Budget : 190 000 000 dollars
Thème abordé : Fin de la guerre du Vietnam
Type de film : Aventure / Fantastique / Action
Acteurs principaux : Tom Hiddleston , Samuel L. Jackson, Brie Larson
Date de sortie : 8 mars 2017                             Durée : 1h59                                                             Lieux de tournage : Hawaï / Vietnam / Australie     Typer de film : Long métrage                      Nationalité : Américain / Vietnamien

 

 

Synopsis : « Un groupe d’explorateurs plus différents les uns que les autres s’aventurent au cœur d’une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu’ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong… »

Note globale du film : 3,8 / 5

Dans le même thème, tu peux aussi lire : Rock n’ Roll, un film tout public ?


Critique

King Kong, personnage emblématique du cinéma fantastique revient une fois de plus à l’écran. Apparu la première fois en 1933 dans le film du même nom, il a depuis été revisité de nombreuses fois.

164981.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Tom Hiddleston et Brie Larsan interprétant le capitaine James Conrad et la photographe Mason Weaver.

Cette fois-ci, le réalisateur décide de ramener Kong sur l’île de Skull Island, où il est le roi. Seulement, il l’est pour une bonne raison. Il protège cette île de dangers bien plus grands. Le réalisateur sors un peu des sentiers battus en interprétant Kong dans les années 70, pendant la guerre du Vietnam.

J’ai très vite été transportée dans l’histoire par les musiques et les paysages. C’est un sans- fautes pour la qualité de l’image et l’immersion dans l’univers. Les musique rappellent sans trop forcer l’univers de la guerre du Vietnam, et les paysages sont tous plus beaux les uns que les autres. Les manifestations contre la guerre en Amérique ne trompent pas : nous sommes bien dans les années 70.

Néanmoins, je trouve que l’univers des personnages est, à mon goût, pas assez détaillé. On ne 097663.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxs’attache pas assez à eux. Seul le vieux soldat retrouvé sur l’île est attachant, mais nos personnages principaux sont assez vite passé aux oubliettes. En ce qui concerne les seconds rôles … Ils sont très vite passés. Ceci pourrait ne pas être dérangeant, mais durant le visionnage du film, je n’ai pas ressenti une peur ou une crainte de perdre un personnage. Alors ceci est surement accentué par le fait qu’il y ai peu de prises de risques de la part des personnages dans ce film. Et même si la scène d’action de la fin est une réussite en effets spéciaux, je n’ai pas eu des frissons de peur envers les protagonistes.

 

Il faut tout de même reconnaître que les performances des acteurs sont au rendez-vous. Mais le scénario aurait surement pu être un peu plus poussé.

Ce qui donne un sentiment en sortie de film assez spécial. On ne peu pas dire que ce sois un mauvais film, il est clairement réussi, et rien que pour la beauté des paysages il vaut le détour. Mais je ne suis pas sortie surprise du cinéma, ou étonnée.

Je dirai donc que je ne vous déconseille pas d’aller le voir, bien au contraire, mais qu’il ne s’agit pas d’un film qui donne envie d’être revu.

Au plaisir d’avoir vos retours en commentaires !

 

Laure Miguet

Tu veux en savoir plus sur l’auteur ? Tu peux lire ceci : À propos

Publicités

Je suis pour la journée internationale des droits des femmes, et non la journée de la femme

Car, si le 8 mars existe, ce n’est pas pour rajouter une journée ridicule au calendrier, telle que la fête des mères ou encore la fête des pères, mais bel et bien pour défendre les droits des femmes, et donc des Hommes.

Le 8 mars est là pour mettre en avant les actions féministes, tout en faisant un état des lieux de ce qu’il reste à faire. Les féministes sont parfois relayées à une image de femmes1571657-salaire-emploi-hommes-et-femmes-restent-inegaux-au-travail folles et délurées, alors que le féminisme est un ensemble de mouvements et d’idées politiques, philosophiques et sociales, qui partagent un but commun : définir, établir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes.

Notre société a réussi à rendre cette journée commerciale, alors qu’il s’agit de rendre hommage aux actions faîtes, mais surtout de constater ce qu’il reste à faire.

  • Ce n’est pas en proposant des promotions absurdes sur les soutiens-gorge que le combat avancera, non.
  • Ce n’est pas en proposant des rose rouge pour la journée de la femme que le combat avancera, non.

70c233c7c779b937b79f7aaf4d04f1fc_800_450.

Dans le même genre, tu peux lire : Octobre rose !


Mais par contre, constater qu’en France, les femmes touchent sur leur salaire en moyenne 19 % de moins que les Hommes sur un même poste, c’est ça le 8 mars.

Ou encore que dans de nombreux pays, les femmes sont violées, excisées, jugées, exploitées, et n’ont pas le même statut que les hommes.
Ou encore que dans certains pays, les femmes sont sous la tutelle de leur père, leur mari, de leur frère, ou même de leur fils. Les femmes sont tellement peu considérées qu’elles sont rejetées à leurs fils, comme si tout ceci était naturel.
Constater que cette année, en Pologne, les politiques ont tenté de retirer le droit à l’IVG, c’est constater que rien n’est gagné.
Constater qu’en Amérique, les politiques jouent avec les libertés des femmes, c’est aussi constaté que rien n’est gagné.

2048x1536-fit_blaMais enfin, constater que les hommes se permettent d’émettre un avis sur le droit à l’IVG, alors que cela ne les concerne pas, c’est montrer une fois de plus que le combat n’est pas gagné. Car oui, quand on parle d’IVG, on devrait plutôt s’intéresser aux femmes qui portent ce poids, plutôt que de voter des lois entre hommes, comme en Arabie Saoudite.

Alors oui, pour le 8 mars, il n’est pas d’ordre d’offrir des roses aux femmes que vous connaissez, non. Il est d’ordre d’avancer dans l’égalité entre les hommes et les femmes et comme le disait Simone de Beauvoir :

N’oubliez pas qu’il suffit d’une crise économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. 

Laure Miguet

Rock n’ Roll, un film tout public ?

Rock n’ Roll, retour sur la fiche technique du film

179029.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Affiche du film Rock and Roll

Après Ne le dis à personne, Les petits mouchoirs et Blood Ties, Guillaume Canet revient avec Rock n’ Roll. Produis par Alain Attal avec Les productions du trésor, Guillaume Canet réalise et crée le scénario de son propre film. Il joue aussi le premier rôle avec son propre personnage. Il est accompagné par Marion Cotillard et Camille Rowe, qui, elles aussi, jouent leur propre rôle. Il a une fois convié sa bande d’amis à jouer avec lui, comme Gilles Lellouche, Alain et Yvan Attal.
Guillaume Canet reviens avec un long-métrage de 2h et 03 minutes. Mais cette fois-ci, il réalise une comédie ayant pour volonté de parler de la crise de la quarantaine et de cette adulation du jeunisme. Yodélice a réalise la bande originale dans un genre rock, folck. Tourné dans les studios d’Epinay en Seine-Saint-Denis, Rock n’ Roll a utilisé un budget de 17,9 M €.
En salle depuis le 15 février 2017, nous revenons sur ce film qui est autant attendu que surprenant.

images
Guillaume Cannet et Camille Rowe dans le film ROCK AND ROLL.

Dans le même genre, tu peux lire : Ghost in the shell, un navet ?

Synopsis

 « Guillaume Canet, comédien de 43 ans, se remet en question le jour où, sur un plateau de tournage, sa jeune partenaire à l’écran lui dit qu’il n’est plus un objet de désir pour les femmes de la jeune génération. La raison ? Sa vie de famille bien rangée avec Marion Cotillard, son fils Lucien, sa maison de campagne, sa passion pour les chevaux. Guillaume comprend qu’il faut tout faire pour changer cette image ringarde et plus vraiment sexy. »

Note générale du film : 3,7 / 5

Rock n’ Roll est attendu par les fan de Guillaume Canet. En effet, l’acteur et réalisateur s’était retiré de la scène cinématographique après l’échec de son film Blood Ties. Ne voyant pas comment il pouvait réaliser un meilleur film que celui-ci, il a passé plus d’un an auprès de sa femme et de ses chevaux. Une pause bien méritée pour l’acteur, mais qui a pu paraître pantouflard pour d’autres. En effet, c’est suite à une interview avec une journaliste que Guillaume Canet reçoit un choc. Celle-ci lui rappelle durement que la quarantaine est belle est bien là, et qu’il n’est plus aussi sexy qu’avant. Ce choc, Guilla
ume s’en inspire pour réaliser son dernier film, Rock n’ Roll. Il devais être qu’un documentaire à la base, puis il s’est transformé en long-métrage, bourré d’effets spéciaux.

En ce qui concerne son retour, il est plutôt réussi. Choisissant les réseaux sociaux pour une promotion hyper connectée, et une hyper médiatisation de leur couple Cotillard/Canet, Guillaume a su revenir sur le devant de la scène.

En ce qui concerne son film, le mot qui le caractérise le mieux est bel est bien : Surprenant.

En ce qui concerne son film, le mot qui le caractérise le mieux est bel est bien : Surprenant.
En effet, la bande-annonce a su, tout en donnant envie aux spectateurs de voir le film, ne dévoiler en rien le clou du scénario. Osé ou raté ? On peut effectivement sortir perplexe de la salle. Même s’il est très agréable de retrouver à l’écran le duo Marion et Guillaume, il est facile de se demander ce qu’il s’est passé dans la tête de Guillaume Canet durant l’écriture du scénario. Malgré quelques moments longuets, le film est entièrement réaliste et nous projette totalement dans une crise de la quarantaine poussée à l’extrême. Cassant les codes du « happy end » , Guillaume pousse son délire jusqu’au bout et prend d’énormes risques. La problématique du jeunisme tient la route et il nous montre à sa

2949581-guillaume-canet-et-marion-cotillard-enta-637x0-2
Marion Cotillard pour la promotion de ROCK AND ROLL.

manière tout le ridicule qui en découle, mais aussi le mal-être associé. Même si a certains moments du film, les blagues sont bien trop grosses pour penser que leur quotidien est réellement comme ça, ils nous trompent plus d’une fois. Les effets du maquillage sont bluffants, et les effets spéciaux tiennent la route.

Opinion générale

Alors, pour son grand retour, Guillaume Canet nous offre-t-il réellement un film grand public ? Même si la performance de l’artiste me laisse admirative, je ne pense pas qu’on puisse le considérer comme un film grand public. Avec sa problématique bien ciblée, et son second degré poussé à l’extrême, il faut être prêt à voir un film autant décalé que vrai.

Laure Miguet


Tu as aimé ? Viens découvrir :  Kong : Skull Island. Kong mérite-t-il son titre de KING ?

Première édition de All Créative à Nice, une expérience artistique proposée par le créateur Justin Gage.

 

Ce mercredi 01 mars à Nice s’est déroulé la première édition de « All Créative » à l’Akathor. Pour cette toute nouvelle expérience, l’organisateur de l’événement, L’individu Photography, avait choisi pour thème : La mode recyclée.

Capture d_écran 2017-05-03 à 13.13.43
Etage de l’Akathor. Source : Laure Miguet

Le principe de l’événement était simple : « Réunir des créatifs, des photographes, des modèles, des artistes … etc qui ont une même passion. Pouvoir discuter, bavarder, papoter autrement que virtuellement. Découvrir des talents et des nouveaux visages. Profiter de l’expérience des uns et des autres. Car l’art se partage… Et pourquoi ne pas le partager autour d’un verre? Au plaisir de vous voir nombreux 🙂 »

A 18h les festivités ont donc commencées. Une petite vingtaine de personnes se sont regroupées à l’étage du bar et ont commencé à discuter. Dans un coin, des jeunes filles étaient en train de se faire, maquiller et coiffer. Une scène était prête pour accueillir les photographes et leurs modèles.

Aux alentours de 19h, un magicien passait de tables en tables afin de faire quelques démonstrations de ces tours. Il en a profité pour promouvoir son spectacle et récolter quelques pièces. Une artiste a en même temps proposé un show lumineux à l’aide de balles colorées. Elle s’est produite dans l’allée, puis sur la scène. Le magicien s’est exclamé : « Un spectacle de lumière, ça fait plaisir à voir. »

Un peu plus tard, vers 19h20, les shooting photos amateurs ont commencés sur la scène. Les modèles désirants se faire photographier en ont eu l’occasion, et les photographes ont pu faire de nouvelles rencontres.

“L’organisateur nous a expliqué son projet pour cette soirée : “je voulais que tout le monde se parle, et c’est réussi”.”

Capture d_écran 2017-05-03 à 13.13.54
Un des cinq modèles. Source : Camille Rolland.

Vers 19h40, les six modèles pour le shooting final étaient en pleine préparation. Une quarantaine de personnes peuple la salle. L’organisateur nous a expliqué son projet pour cette soirée : « je voulais vraiment que tout le monde se parle, et c’est réussi”. Le clou du spectacle était la création d’une robe devant les spectateurs, sur un modèle. Le créateur habillait un autre modèle aux alentours de 20h. Celle-ci était shootée par de nombreux photographes sur la scène. Les personnes présentent à l’événement sont là dans un but parfois différent. Un photographe nous expliquait que pour lui : “le but est de venir rencontrer des gens dans le milieu du modèle”. Un touriste nous a appris que : “je suis là en vacances, totalement par hasard. Je profite de la soirée et attends de voir ce qu’il va se passer”.

Capture d_écran 2017-05-03 à 13.14.01
Création de Justin Gage. Source : Laure Miguet

A 21h10, la robe commençait à être découpée sur la scène par Justin Gage, devant une quarantaine de personnes. L’événement était retransmis en live sur la page FB de l’organisateur. De nombreux photographes shootent le modèle et le créateur. La découpe durait une demi-heure, puis suis alors un shooting du modèle et de la robe terminée. Les cinq autres modèles qui ont été préparés durant la soirée commencent leur shooting les unes à la suite des autres. Les photographes se regroupent devant la scène et jouent avec les modèles. Elles posent chacune une petite dizaine de minutes et terminent leur soirée. A 22h30, le bar a commencé à se vider tout doucement, les participants rentraient chez eux.


Tu as aimé cet article ? Viens découvrir Musée Masséna – Nice

Les actions du coeur, ces hommes de l’ombre qui aident les plus démunis

Aujourd’hui, je vous partage un article un peu spécial. Dans le cadre de ma licence, nous avons réalisés un reportage avec Gilliane. Celui-ci me tenant à coeur, j’ai décidé de le partager avec vous 🙂

« Les maraudeurs sont des personnes qui vont vers les plus démunis pour leur apporter un moment de chaleur, bonheur, en leur offrant alimentation, kit hygiène, vêtement et de l’écoute. »

Tania et Michel sont deux Niçois qui ont commencé, il y a 4 ans, de donner à manger avec 2 amis aux SDF de Nice. Ils cuisinaient chez eux et se retrouvaient dans la rue pour distribuer. Il y a 2 ans un restaurant indien leur a proposé de leur prêter les cuisines de manière à cuisiner ensemble, en plus grande quantité et de manière plus efficace. En plus de laisser libre accès à leur cuisine, ils leur prêtent une partie de leur cave pour pouvoir stocker les courses.

Dans le cadre de notre licence de science de l’information et de la communication, nous nous sommes rendus sur les lieux le samedi 18 février 2017 pour découvrir leur univers. C’est avec envie et pleins de questions en tête que nous les avons rejoints.

16819322_866648273467350_1561292675385608076_o

 

Depuis le début, le petit groupe est devenu grand. Ce n’est plus 4 amis, mais un grand groupe de maraudeurs qui se retrouve toutes les semaines. Les maraudeurs sont des personnes qui vont vers les plus démunis pour leur apporter un moment de chaleur, bonheur, en leur offrant alimentation, kit hygiène, vêtement et de l’écoute. Ce grand groupe s’appelle « Les Actions du Cœur ». Ils sont indépendants et fonctionnent que sur des dons. Pour récolter ces derniers, toutes personnes donnent quand elles veulent, mais des évènements comme des stages de Krav Maga, Yoga ou de danses latines sont organisés. Les entrées sont libres chacun donne ce qu’il veut. Les Actions du Cœur font les courses toutes les 6 semaines et achètent des boîtes en plastique pour les repas chauds tous les 3 mois.

“Trois groupes sont formés : Un en direction de  Nice Etoile/Gare Thiers, un vers Garibaldi et le dernier part dans le Vieux Nice/le Port”

Comme tous les samedis après-midi, certains maraudeurs se retrouvent à tour de rôle dans les cuisines pour préparer environ 100 repas chauds ainsi que la soupe. C’est en général du riz, de la semoule ou des pâtes accompagnées de sauces tomate et de légumes. Sont aussi préparés les kits avec café, thé, lait en poudre, sucre, fourchettes, gobelets, kleenex et sachets plastiques. En fonction des dons, il y aura aussi des fruits et/ou des biscuits. Il arrive qu’il n’y est pas de dessert. Chaque groupe a un chariot dans lequel se trouve des thermos avec eau chaude pour le café et le thé et les thermos de soupe. Nous essayons d’avoir toujours de petites bouteilles d’eau surtout l’été. Chacun a aussi un ou deux sacs de vêtements que nous avons grâce à des dons.

Certains samedis se sont les gérants du restaurant qui se proposent pour cuisiner.

Pour le reste du groupe, le rendez-vous est à 18h à l’arrêt de tram Cathédrale Vieille Ville. Sur place, ils forment trois groupes : un en direction de  Nice Etoile/Gare Thiers, un vers Garibaldi et les derniers partent dans le Vieux Nice/le Port.

Ce samedi, nous avons suivi le groupe en direction de Garibaldi. Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés près d’un monsieur assis par terre. Il a refusé notre repas, car il préfère le riz ou la semoule. Cependant, c’est un monsieur habitué de nous voir et il est resté content de nous croiser.

“Leur sourire est notre bonheur à nous”

Arrivés à la place Garibaldi, nous nous sommes arrêtés au point de rendez-vous qui se trouve devant la Banque Marseillaise de Société, sous les arcades. C’est ici que tous les samedis soir les maraudeurs retrouvent leurs SDF. A notre arrivée, on a pu constater, le sourire, apparaître sur chacun des visages. Les maraudeurs nous l’ont dit : « Leur sourire est notre bonheur à nous ». Le groupe s’est alors facilement organisé. 3 personnes se sont mises au café, thé et soupe et deux autres à la préparation des sacs avec repas, kleenex et fruit. Pour les vêtements, les SDF savent gérer seuls. Ce soir-là, il n’y avait plus d’eau chaude au restaurant pour les thermos, une personne est donc allait dans un restaurant qui accepte de les remplir en cas de besoin, place Garibaldi. Même si les SDF sont patients, les maraudeurs sont à fond, les sacs s’enchaînent ainsi que les cafés, les thés et la soupe. Cette dernière est très appréciée l’hiver. Tout doit disparaître chaque soir. Quand le flux se calme, l’écoute, les discussions peuvent commencer. Tout le monde se respecte, la chaleur humaine prend le dessus sur le froid. Certains sont plus dans le besoin que d’autres. Un homme, utilisant une canne, arrivait à peine à porter son gobelet et se l’est plusieurs fois renversé dessus. Certains parlent à peine français. D’autres viennent juste chercher un café et un moment de discussion. Leur but étant aussi de les aider dans les démarches de trouver un travail, un logement, de faire des papiers et d’écouter ce qu’ils ont sur le cœur. Un jeune homme, Mickael était présent et nous a fait ressentir sa tristesse, car son chien était parti en soin : « Il aboie, car je lui manque, mais lui aussi il me manque. » Il en avait les larmes aux yeux. Il a passé toute l’heure avec le chien de Marion, une maraudeuse. Ces Hommes dans la rue sont très sensibles contrairement aux préjugés (Personnes agressives…). Leur animal est parfois la personne qui leur permet de survivre. Une dame nous a aussi fait part de sa relation de couple qui ne lui convient plus. Les maraudeurs sont parfois, avec les assistants sociaux, le seul lien qui leur reste.

A la fin de la maraude, ils sont retournés au restaurant prendre les clés de la cave, rincer les thermos à la fontaine et tout bien ranger pour le samedi d’après.

Chacun reprend sa route, en gardant en tête la misère qui existe, et en étant motivé pour le samedi d’après.

 

N’hésites pas à me dire dans les commentaires ce que tu as pensé de cet article, et si toi aussi tu aimerais participer à ce genre d’actions. Peut-être que tu fait la même chose dans ta ville ? N’hésites pas à m’en dire plus !  ❤

 

Le 7 Novembre, les femmes seront dans la rue. Pourquoi?

Que se passe-t-il le 7 novembre ?

Le 7 novembre, c’est la date annuelle à partir de laquelle les femmes travaillent bénévolement. Oui oui, bénévolement. Mais pourquoi font-elles ça ? Car elles n’ont tout simplement pas le choix.

En réalité, c’est à cause de la différence de salaire entre les hommes et les femmes. En comparant les salaires annuels d’un homme et d’une femme à un même emploie les femmes sont si sous-payées qu’elles touchent environ 2 mois de salaires en moins que les hommes. C’est-à-dire, qu’à partir du 7 novembre, elles travaillent gratuitement pour leur employeur. C’est absurde, vous ne trouvez pas ? Moi si.

Les Glorieuses, site web féministe et féminin, défend cette idée. Elles veulent mobiliser les femmes afin que le 7 novembre, elles se retrouvent dans la rue afin de manifester. Ci-joint la description de leur événement Facebook.

Les françaises veulent l’égalité des salaires !

A partir du 7 novembre prochain à 16h34 (et 7 secondes), les femmes travailleront “bénévolement”. Si les femmes étaient payées comme les hommes, elles devraient, pour toucher le même salaire qu’aujourd’hui, s’arrêter de travailler à ce moment précis.

Nous appelons les femmes, les hommes, les syndicats et les organisations féministes à rejoindre le mouvement du “7 novembre 16h34” et à multiplier les événements et manifestations pour faire de l’inégalité salariale une problématique politique centrale. En s’emparant collectivement de ce sujet, nous montrons que l’inégalité des salaires entre les genres n’est pas une “affaire de bonne femme”.

Quelle sera votre réaction ?

Alors, serez-vous dans la rue le 07 novembre prochain à 16h34 ? Expliquez-moi pourquoi en commentaires !

Ce sujet fait encore débat, certains pensent que cette inégalité salariale est inexistante. Qu’en pensez-vous ?

Certaines d’entre nous ne travaillent pas le lundi à 16h34, c’est pourquoi de nombreuses femmes propose de s‘habiller en rouge lundi. D’autres relaient l’information afin d’avoir de la visibilité. Quelle technique allez-vous opter ?

 

Les Glorieuses jouent dans la cour des grands ?

Afin de donner du poids à leur combat, elles ont créer une pétition afin que cette journée sois considérée comme la journée de l’égalité salariale. Cette pétition est destinée au gouvernement. Dans le lien de cette pétition, elles expliquent plus concrètement comment elles en sont venues à trouver cette date.

Comment avons-nous obtenu cette date ?

Nous avons pris en compte l’inégalité des salaires calculée par Eurostat, l’organisme de statistiques de l’Union Européenne. Cette inégalité représente « la différence moyenne de rémunération horaire brute entre les travailleurs de sexe féminin et masculin». Nous avons ensuite adapté ce rapport au nombre de jours ouvrés en 2016 (253), ce qui nous a donné 38,203 jours ouvrés. Cette méthode nous a ainsi permise d’arriver à la date du 7 novembre 2016 à 16h34 et 7,5 secondes (soyons précises).

N’hésitez pas à lire leurs articles et à vous renseigner sur le sujet !


Source : Les Glorieuses

L’avortement en Pologne, un droit mis à rude épreuve pour les femmes !

Alors que les femmes Polonaises pensaient avoir gagné face aux menaces pour le droit à l’avortement, voilà que le PiS (Droit et Justice) revient avec des projets plus menaçant que jamais. En effet, ils profitent de la joie des femmes et de cet apaisement national pour proposer un projet de loi moins stricte mais tout autant absurde. Ils veulent interdire l’avortement dans le cas où le bébé est atteint d’une maladie détectable lors de la grossesse. Pour eux, même si le bébé est condamné à mort, il doit se faire baptiser. Une absurdité qui mobilise une fois de plus les femmes.

C’est alors que le 24 octobre, des milliers de Polonaises sont allé manifester vêtues de noir et accompagnées d’un parapluie noir. La « Black Monday » visait à dénoncer les menaces sur ce droit et empêcher ce projet de loi d’être voté.

 

« À l’heure actuelle, l’Eglise s’ingère dans la politique et dans le droit du pays. Elle fait du chantage aux partis politiques et elle se mêle d’affaires qui ne devraient pas la concerner », a déclaré Bozena Przyluska, une des organisatrices. « Nous nous battons entre autres pour un Etat laïc, pour le droit à la contraception ou encore pour l’égalité des droits entre hommes et femmes au sujet des salaires », a renchéri Kamila Majer, une autre organisatrice. »


Découvre aussi :Le 7 Novembre, les femmes seront dans la rue. Pourquoi?

Il faut rappeler qu’en Pologne, les femmes ont le droit d’avorter pour seulement trois raisons : lorsque la santé de la mère est mise en cause, si le bébé est atteint d’une maladie détectable lors de la grossesse ou encore lors d’un viol ou un inceste.
Le droit à l’avortement en Pologne est déjà très minimaliste, les femmes se battent donc pour le préserver.

la-pologne-a-recolte-pres-d-un-demi-million-de-signatures-pour-interdire-l-avortement-980177_w1020h450c1cx2835cy1889

Début octobre, le parti politique opposé au gouvernement (PiS) annonçait sa proposition de loi : interdire l’avortement aux femmes en Pologne. Cela a bouleversé les femmes du monde entier, mais en particulier les Polonaises. Celles-ci ne se sont pas laissé faire et plusieurs associations féministes ont tenté de mobiliser les femmes. C’est chose réussis, plus de 100 000 femmes ont manifesté lors du lundi noir ! Et elles n’ont pas fait ça pour rien : Le 5 octobre, 15 députés sur 31 ont refusés le projet de loi, et un s’est abstenu. Le projet de loi est donc annulé.

Seulement, les femmes doivent continuellement défendre leurs droits. La preuve étant faîte, à peine une bataille gagnée, l’opposition revient plus forte. Dans le monde entier, les femmes ne possèdent pas les mêmes droits pour l’avortement. Même s’il est autorisé en Pologne, il est loin d’être entièrement acquis.


A lire aussi : Je suis pour la journée internationale des droits des femmes, et non la journée de la femme

 

Octobre rose !

C’est quoi Octobre rose ?

Octobre rose est la campagne de prévention mondiale pour sensibiliser à propos du cancer du sein. En France depuis 1994, l’association Le cancers du sein, parlons en ! existe. Dans le monde entier, des associations se créent et des mouvements Octobre rose sont lancés afin de récolter des fonds pour la recherche. Mais pas que ! Octobre rose a aussi un rôle de prévention. Le dépistage est important et grâce à cette prévention, de nombreuses femmes ont pu se soigner.

Cette campagne a pour objectif de mobiliser les femmes et leur entourage en les sensibilisant sur le cancer du sein par l’information et le dialogue, ainsi que sur l’importance du dépistage.

 


A découvrir : L’avortement en Pologne, un droit mis à rude épreuve pour les femmes !

Qui a crée Octobre rose?

L’emblème, le ruban rose, a été crée en 1992 par Mme Evelyne H. Lauder. Cette femme a créé la Fondation pour la Recherche contre le Cancer du Sein en Amérique. Depuis sa création, l’objectif de récolte de 100 millions de dollars a été réalisé.

L’évolution en France

De nombreux événements ont marqués Octobre rose en France, comme les flashs mobs au Trocadéro et au musée du Quai Branly en 2008 et en 2009.

Cette année, il s’agit de la 23e édition Octobre rose dans l’hexagone. Depuis 2014, la tour Eiffel s’illumine en rose afin de lancer l’ouverture de la campagne.


Tu veux en savoir plus ? Le 7 Novembre, les femmes seront dans la rue. Pourquoi?

 

Pourquoi est-elle si importante?

Aujourd’hui, une femme sur 8 risque de contracter le cancer du sein ; c’est beaucoup. Le dépistage organisé concerne les femmes de 50 à 70 ans. Aujourd’hui, une femme de cette tranche d’âge a le droit à une mammographie prise entièrement en charge par l’assurance-maladie. C’est bien, alors profitez en ! En prenant la maladie à temps, vous aurez 9 chances sur 10 d’être sauvée, alors lancez-vous.

Les initiatives Octobre rose

En France, énormément d’organisation se mobilisent pour cette prévention. Que ce soit des associations étudiantes, des associations caritatives, des marques, des centres de soin, des mouvements de femmes, chacun d’ente eux contribuent à sa façon à Octobre rose. Cela permet à la fois de vous sensibiliser, de connaître les risques et les moyens développés, mais aussi de sensibiliser votre entourage. Notre santé est importante, et ça n’arrive pas qu’aux autres, n’oubliez pas.

 

Vous pouvez réagir sur les réseaux sociaux avec le hashtag #Mavieenrose


Viens lire : Je suis pour la journée internationale des droits des femmes, et non la journée de la femme