Le 7 Novembre, les femmes seront dans la rue. Pourquoi?

Que se passe-t-il le 7 novembre ?

Le 7 novembre, c’est la date annuelle à partir de laquelle les femmes travaillent bénévolement. Oui oui, bénévolement. Mais pourquoi font-elles ça ? Car elles n’ont tout simplement pas le choix.

En réalité, c’est à cause de la différence de salaire entre les hommes et les femmes. En comparant les salaires annuels d’un homme et d’une femme à un même emploie les femmes sont si sous-payées qu’elles touchent environ 2 mois de salaires en moins que les hommes. C’est-à-dire, qu’à partir du 7 novembre, elles travaillent gratuitement pour leur employeur. C’est absurde, vous ne trouvez pas ? Moi si.

Les Glorieuses, site web féministe et féminin, défend cette idée. Elles veulent mobiliser les femmes afin que le 7 novembre, elles se retrouvent dans la rue afin de manifester. Ci-joint la description de leur événement Facebook.

Les françaises veulent l’égalité des salaires !

A partir du 7 novembre prochain à 16h34 (et 7 secondes), les femmes travailleront “bénévolement”. Si les femmes étaient payées comme les hommes, elles devraient, pour toucher le même salaire qu’aujourd’hui, s’arrêter de travailler à ce moment précis.

Nous appelons les femmes, les hommes, les syndicats et les organisations féministes à rejoindre le mouvement du “7 novembre 16h34” et à multiplier les événements et manifestations pour faire de l’inégalité salariale une problématique politique centrale. En s’emparant collectivement de ce sujet, nous montrons que l’inégalité des salaires entre les genres n’est pas une “affaire de bonne femme”.

Quelle sera votre réaction ?

Alors, serez-vous dans la rue le 07 novembre prochain à 16h34 ? Expliquez-moi pourquoi en commentaires !

Ce sujet fait encore débat, certains pensent que cette inégalité salariale est inexistante. Qu’en pensez-vous ?

Certaines d’entre nous ne travaillent pas le lundi à 16h34, c’est pourquoi de nombreuses femmes propose de s‘habiller en rouge lundi. D’autres relaient l’information afin d’avoir de la visibilité. Quelle technique allez-vous opter ?

 

Les Glorieuses jouent dans la cour des grands ?

Afin de donner du poids à leur combat, elles ont créer une pétition afin que cette journée sois considérée comme la journée de l’égalité salariale. Cette pétition est destinée au gouvernement. Dans le lien de cette pétition, elles expliquent plus concrètement comment elles en sont venues à trouver cette date.

Comment avons-nous obtenu cette date ?

Nous avons pris en compte l’inégalité des salaires calculée par Eurostat, l’organisme de statistiques de l’Union Européenne. Cette inégalité représente « la différence moyenne de rémunération horaire brute entre les travailleurs de sexe féminin et masculin». Nous avons ensuite adapté ce rapport au nombre de jours ouvrés en 2016 (253), ce qui nous a donné 38,203 jours ouvrés. Cette méthode nous a ainsi permise d’arriver à la date du 7 novembre 2016 à 16h34 et 7,5 secondes (soyons précises).

N’hésitez pas à lire leurs articles et à vous renseigner sur le sujet !


Source : Les Glorieuses

Publicités

L’avortement en Pologne, un droit mis à rude épreuve pour les femmes !

Alors que les femmes Polonaises pensaient avoir gagné face aux menaces pour le droit à l’avortement, voilà que le PiS (Droit et Justice) revient avec des projets plus menaçant que jamais. En effet, ils profitent de la joie des femmes et de cet apaisement national pour proposer un projet de loi moins stricte mais tout autant absurde. Ils veulent interdire l’avortement dans le cas où le bébé est atteint d’une maladie détectable lors de la grossesse. Pour eux, même si le bébé est condamné à mort, il doit se faire baptiser. Une absurdité qui mobilise une fois de plus les femmes.

C’est alors que le 24 octobre, des milliers de Polonaises sont allé manifester vêtues de noir et accompagnées d’un parapluie noir. La « Black Monday » visait à dénoncer les menaces sur ce droit et empêcher ce projet de loi d’être voté.

 

« À l’heure actuelle, l’Eglise s’ingère dans la politique et dans le droit du pays. Elle fait du chantage aux partis politiques et elle se mêle d’affaires qui ne devraient pas la concerner », a déclaré Bozena Przyluska, une des organisatrices. « Nous nous battons entre autres pour un Etat laïc, pour le droit à la contraception ou encore pour l’égalité des droits entre hommes et femmes au sujet des salaires », a renchéri Kamila Majer, une autre organisatrice. »


Découvre aussi :Le 7 Novembre, les femmes seront dans la rue. Pourquoi?

Il faut rappeler qu’en Pologne, les femmes ont le droit d’avorter pour seulement trois raisons : lorsque la santé de la mère est mise en cause, si le bébé est atteint d’une maladie détectable lors de la grossesse ou encore lors d’un viol ou un inceste.
Le droit à l’avortement en Pologne est déjà très minimaliste, les femmes se battent donc pour le préserver.

la-pologne-a-recolte-pres-d-un-demi-million-de-signatures-pour-interdire-l-avortement-980177_w1020h450c1cx2835cy1889

Début octobre, le parti politique opposé au gouvernement (PiS) annonçait sa proposition de loi : interdire l’avortement aux femmes en Pologne. Cela a bouleversé les femmes du monde entier, mais en particulier les Polonaises. Celles-ci ne se sont pas laissé faire et plusieurs associations féministes ont tenté de mobiliser les femmes. C’est chose réussis, plus de 100 000 femmes ont manifesté lors du lundi noir ! Et elles n’ont pas fait ça pour rien : Le 5 octobre, 15 députés sur 31 ont refusés le projet de loi, et un s’est abstenu. Le projet de loi est donc annulé.

Seulement, les femmes doivent continuellement défendre leurs droits. La preuve étant faîte, à peine une bataille gagnée, l’opposition revient plus forte. Dans le monde entier, les femmes ne possèdent pas les mêmes droits pour l’avortement. Même s’il est autorisé en Pologne, il est loin d’être entièrement acquis.


A lire aussi : Je suis pour la journée internationale des droits des femmes, et non la journée de la femme

 

Octobre rose !

C’est quoi Octobre rose ?

Octobre rose est la campagne de prévention mondiale pour sensibiliser à propos du cancer du sein. En France depuis 1994, l’association Le cancers du sein, parlons en ! existe. Dans le monde entier, des associations se créent et des mouvements Octobre rose sont lancés afin de récolter des fonds pour la recherche. Mais pas que ! Octobre rose a aussi un rôle de prévention. Le dépistage est important et grâce à cette prévention, de nombreuses femmes ont pu se soigner.

Cette campagne a pour objectif de mobiliser les femmes et leur entourage en les sensibilisant sur le cancer du sein par l’information et le dialogue, ainsi que sur l’importance du dépistage.

 


A découvrir : L’avortement en Pologne, un droit mis à rude épreuve pour les femmes !

Qui a crée Octobre rose?

L’emblème, le ruban rose, a été crée en 1992 par Mme Evelyne H. Lauder. Cette femme a créé la Fondation pour la Recherche contre le Cancer du Sein en Amérique. Depuis sa création, l’objectif de récolte de 100 millions de dollars a été réalisé.

L’évolution en France

De nombreux événements ont marqués Octobre rose en France, comme les flashs mobs au Trocadéro et au musée du Quai Branly en 2008 et en 2009.

Cette année, il s’agit de la 23e édition Octobre rose dans l’hexagone. Depuis 2014, la tour Eiffel s’illumine en rose afin de lancer l’ouverture de la campagne.


Tu veux en savoir plus ? Le 7 Novembre, les femmes seront dans la rue. Pourquoi?

 

Pourquoi est-elle si importante?

Aujourd’hui, une femme sur 8 risque de contracter le cancer du sein ; c’est beaucoup. Le dépistage organisé concerne les femmes de 50 à 70 ans. Aujourd’hui, une femme de cette tranche d’âge a le droit à une mammographie prise entièrement en charge par l’assurance-maladie. C’est bien, alors profitez en ! En prenant la maladie à temps, vous aurez 9 chances sur 10 d’être sauvée, alors lancez-vous.

Les initiatives Octobre rose

En France, énormément d’organisation se mobilisent pour cette prévention. Que ce soit des associations étudiantes, des associations caritatives, des marques, des centres de soin, des mouvements de femmes, chacun d’ente eux contribuent à sa façon à Octobre rose. Cela permet à la fois de vous sensibiliser, de connaître les risques et les moyens développés, mais aussi de sensibiliser votre entourage. Notre santé est importante, et ça n’arrive pas qu’aux autres, n’oubliez pas.

 

Vous pouvez réagir sur les réseaux sociaux avec le hashtag #Mavieenrose


Viens lire : Je suis pour la journée internationale des droits des femmes, et non la journée de la femme