Caroline Poligné : jeune working-girl, créatrice de la marque Solis et Lunae.

Caroline Poligné est une Rennaise de 23 ans qui a monté sa marque de vêtements avec son copain, Bastien. Ambitieuse et talentueuse, elle nous parle de son parcours, et de sa marque, Solis et Lunae. 

13392118_10209461378761179_4481240835818692630_o

Laure Miguet : Bonjour Caroline, tu tient un site web, mais tu es surtout graphiste et illustratrice. Peux-tu nous décrire un peu ton parcours post-bac pour en arriver là ?

Caroline Poligné : Bonjour ! Alors pour résumer un peu mon parcours, après le bac j’ai fais un an de fac de droit. J’ai fais ça parce que ça semblait être un chemin plus « safe » mais depuis toujours, je dessine, c’est ma passion. Après un an de fac, je me suis inscrite à LISAA Rennes en prépa art appliqué, j’ai ensuite fait 2ans de plus en section design graphique et après 3 ans passé dans cette école j’ai obtenue mon diplôme de concepteur designer graphique ! Une fois le diplôme en poche, j’ai commencé à démarcher des studios et agences de pub et de com mais, l’environnement ne me plaisait pas trop. J’aime pouvoir toucher à tout, depuis le rendez vous client jusqu’à l’impression finale du projet et c’est en ça que j’ai apprécié me lancer en freelance. 

L.M : Tu as créé avec ton copain, Bastien, la marque Solis Et Lunae. Comment vous ai venu l’envie de créer cette marque 100% Française ?

C.P : Oui, depuis novembre 2016 la marque est lancée. A la base, ça vient d’un « délire » avec mon chéri ou on imaginait nos illustrations sur nos vêtements puisqu’on traversait une crise shopping, on ne trouvait plus rien à nous plaire. C’est ainsi que l’idée est née. On a ensuite beaucoup réfléchi au nom de la marque, à son identité etc.. L’envie de faire du bio, réalisé en France, avec des matières issues de l’agriculture biologique et recyclable nous a semblé de suite évident puisque nous avions envie de créer une marque de qualité. L’idée était : Si nous passons du temps à créer des visuels originaux, avec coeur, pourquoi les imprimer sur des tissus de qualité médiocres ? C’est comme ça qu’est arrivé le parti pris du bio, éco responsable !

lisaa-rennes-alumni-solis-et-lunae-design-graphique-illustration-3


Tu peux aussi lire : Marie-Annick : un quotidien végétarien pas si compliqué !

L.M : Vous avez surement du être confrontés à des milliers de difficultés. Que pourrais-tu conseiller à des gens qui ont une fibre artistique comme toi, pour ne pas se décourager dans un tel projet ?

C.P : Quand on se lance, c’est vrai que certaines difficultés peuvent être compliqués à surmonter ! Le plus important, ne pas rester seul(e) face à ça. Nous on a la chance de travailler à deux, mais si on se lance seul(e) il ne faut pas hésiter à demander de l’aide, des petits conseils à des amis ou de la famille et si personne dans son entourage ne s’y connait, il ne faut pas hésiter à contacter des créateurs comme nous par exemple. On est passé par tout ça, on sait comme ça peut être compliqué parfois, alors autant s’entraider !
L.M : Mélanger travail et amour, certains détestent, d’autre adhérent. Comment gérez-vous Solis Et Lunae sans prises de bec ?
C.P : Nous sommes un couple qui partage énormément de choses, à commencer par notre passion et notre métier. La clé pour nous, c’est de dialoguer et de séparer la vie pro et la vie perso. Quand on parle travail, on est deux illustrateurs qui vont oser se dire les choses, si un visuel ne nous plait pas, si il y a quelque chose dans la com à changer.. On ose se dire les choses, toujours calmement et de manière constructive ! Et puis, dans le travail ou dans la vie perso, Bastien et moi sommes plutôt complémentaire, on se connait très bien, on sait comment réagir face à l’autre et on se partage les taches. Par exemple, je suis une fan d’instagram alors que lui ça l’ennui, c’est donc moi qui gère le compte de la marque. Et pour ce qui est du travail de retouche lui, il est vraiment doué dans ce domaine donc on se réparti le travail !
L.M : Vous répondez à une problématiques de vêtements français et bio. Pourquoi était-ce si important pour vous ce côté bio ?

C.P : C’était vraiment important pour nous, déjà parce qu’on se sent tous les deux assez concerné par l’écologie, c’est un sujet qui nous touche, on avait envie qu’il y ai une véritable éthique derrière notre marque. Faire du bio, ce n’est pas toujours facile, on a la chance de travailler avec un super imprimeur rennais qui nous fourni les textiles bio et qui imprime avec des encres bio également. Ce coté bio était également important puisque c’était pour nous un véritable gage de qualité, certes nous sommes plus cher que des marques commes H&M ou pullandbear mais nous savons que nous proposons un produit qui a été réalisé avec des matières premières qualitatives et dans des fermes biologiques. En plus d’être écologique, nous voulions proposer une expérience de qualité à chaque client !

Notre première collaboration va se faire avec une petite boutique Rennaise à partir de juin, et nous ne voulons pas nous arrêter là !
L.M : Votre marque est disponible sur le site etsy. Vous aimeriez un jour monter une boutique où vous souhaitez que ça reste une partie de votre activité ?
C.P : Etsy est une super plate-forme pour les créateurs, ça permet d’obtenir une visibilité que nous n’aurions pas si on avait notre propre site et nous pensons vraiment rester sur Etsy encore un bon moment. Notre boutique à nous, ce serait le top, mais pour le moment, ce n’est pas envisageable, par contre, nous commençons à démarcher des boutiques de créateurs et des concepts stores afin que nos produits soient disponible en boutique ! Notre première collaboration va se faire avec une petite boutique Rennaise à partir de juin, et nous ne voulons pas nous arrêter là !
L.M : Dans tes collections, on marque un amour du ciel. D’où te viens cette passion des astres ?
C.P : C’est vrai que le ciel, on le voit un peu partout dans mes créations.. Je suis passionnée d’astronomie depuis toute petite. Ce qu’il y a au dessus de nos têtes m’a toujours fasciné, que ce soit en imaginant de la vie ailleurs, en essayant de comprendre comment fonctionne l’univers ou en regardant StarWars pour la 1000eme fois : l’espace me passionne. J’aime également les légendes que l’on peut lire dans les constellations et, si je devait retenir un seul astre, ce serait la lune. Les phases de la lune m’inspirent, j’adore la dessiner, j’aime tellement la lune que je l’ai même 6 fois tatoué sur moi ! 
Capture d_écran 2017-05-26 à 12.35.41
L.M : À côté de tout ça, tu es désigner graphiste en free-lance. Tu as l’âme d’une working girl pour gérer tout ceci. Comment gères-tu tes commandes ?

C.P : Je suis une accro au bullet journal, déjà, ça m’aide à m’organiser, entre la marque et mon travail de freelance, il me fallait une solution ! Pour les commandes, on s’organise à la semaine. Une fois par semaine on fait le point sur celles que l’on doit envoyer en impression et une fois par semaine également une demie journée est consacrée à l’envoie des commandes. Nous mettons un point d’honneur à préparer avec soin chaque colis. Nous faisons de la vente en ligne, ce n’est donc pas la meilleure solution pour avoir une vraie relation client, c’est pour cela que pour chaque commande, nous prenons le temps de préparer un emballage soigné avec un petit mot signé à la main.


Tu peux aussi découvrir : Pauline Perrier : Romancière et étudiante, un parcours atypique qui promet un bel avenir.

L.M : Il dois surement t’arriver de croiser des gens qui ne comprennent pas la valeur de ton travail, ou qui le sous-estime. Qu’aimerez-tu leur répondre ?
C.P : En effet, j’en ai croisé certains, et souvent, ce que je répond c’est assez simple. Alors pour certains, ce que je fais c’est seulement dessiner, ou « faire des fringues » , j’ai même rencontré quelqu’un un jour qui m’a dit que pour lui, le travail de graphisme cétait une vraie arnaque, que ça n’était pas important la com’. Et bien, à tous ces gens, j’ai envie de dire que j’ai décidé de vivre de ma passion, de vivre de mon rêve, alors certes, ce n’est pas facile tous les jours mais je suis sur qu’avec de la volonté et du travail, en persévérant, ça peut fonctionner ! Un jour ma maman m’a donné une carte sur laquelle il était écrit un proverbe qui peu sembler un peu niais mais que j’ai trouvé si juste « Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie » c’est une citation de Confucius et, j’essai de l’appliquer à tout ce que je fais !
L.M : Et enfin, quel est ton prochain gros projet/ événement ?
C.P : Le prochain projet, c’est la prochaine collection qui sera encore plus aboutie et diversifié sur lequelle nous travaillons ! et en ce qui concerne les événements, début juin marque un tournant pour notre marque puisque nous serons disponible pour la première fois dans une boutique Rennaise !

 

Laure MIGUET

Publicités